InternationalDeutschSpanishChineseRussianFrenchSouth AfricaAustraliaUnited Kingdom

Fioul médium

Fioul médium

Selon les pays, la notion de « fioul  medium» désigne différentes huiles minérales de faible viscosité. Les appellations couramment utilisées sont par exemple « fioul medium », « mazout », « kérosène », « fioul domestique » ou « gasóleo ». Le fioul  médium est un mélange de différentes fractions du pétrole brut et est étroitement apparenté aux carburants que sont le gazole et le kérosène. Avec le fioul lourd, il constitue le plus important combustible liquide pour les applications industrielles. Le fioul  médium présente une densité d'énergie relativement élevée et est facile à stocker et à transporter. Comme il est présent sous forme liquide à l'état dépressurisé, il peut être transporté à bon marché par bateau, par voie ferré ou par camion.  En principe,  son approvisionnement est possible en tout point du  globe si bien que le fioul  medium permet de choisir librement le fournisseur et d'exploiter un système de combustion à bon prix lorsque le gaz n'est pas disponible.

La combustion propre avec une  grande plage de  modulation et  des rejets bas sont d'autres avantages du fioul  médium. En outre, contrairement au fioul lourd, ce combustible ne nécessite aucun préchauffage et (en tant que variante à faible teneur en soufre) offre la possibilité d'utiliser la technologie de condensation. Ainsi,  le rendement de la production de chaleur peut être sensiblement accru tandis que les valeurs d'émissions diminuent. La citerne requise pour le stockage du fioul  médium constitue en elle-même à la fois un avantage et un inconvénient : d'une part, elle engendre un investissement important, mais d'autre part, cette possibilité de stockage permet une grande indépendance face aux fluctuations sur le marché de la chaleur.

 En Allemagne par exemple, le fioul domestique est normé sous l'appellation « extra light fuel oil » ( FOD) dans le commerce, selon la norme DIN 51603-1.

Fioul domestique (FOD)

Le fioul domestique  est un mélange de différents composés d'hydrocarbures d'une viscosité cinématique inférieure à 6 mm2/s à 20°C. Elle est étroitement apparentée aux autres distillats légers du pétrole tels que le kérosène ou le gazole et  son pouvoir calorifique est de 42,7 MJ/kg. Le  FOD est plus léger que l'eau et présente une densité spécifique d'env. 0,86 kg/l à 15°C.

Selon la charge, le  le point d’ébullition du FOD  varie de 170 à 390°C et  son point d'inflammation est supérieur à 55 °C. La limite d'explosivité s'inscrit dans une plage de 0,6 à 6,5% du volume.

Le  fioul domestique est une substance polluante pour l'eau de classe 2, si bien que pour son stockage et son utilisation, une série de directives doit être respectée. Contrairement au gazole, il n'existe aucun mélange saisonnier pour le fonctionnement et le stockage à de basses températures. En revanche, la norme DIN 51603-1 détermine pour le  FOD une température seuil de -10 °C à laquelle le combustible doit encore pouvoir être filtré (suivant son point de trouble).

Outre le fioul normé, de nombreux fournisseurs proposent également des variantes « haut de gamme ». Ces combustibles contiennent des additifs qui améliorent, par exemple, le pouvoir lubrifiant, empêchent la formation de suie ou dissimulent l'odeur caractéristique du fioul. La teneur en soufre du  FOD a été réduite au cours des dernières années et doit, depuis 2008, être inférieure à 0,1 %, conformément à la norme DIN 51603-1.

 Lorsque le réglage du système de combustion  est optimal, le  FOD offre une combustion très propre et nécessite d’environ  11 m3 d'air pour 1 kg de combustible dans le cadre d'une combustion stœchiométrique. Celle-ci dégage principalement du dioxyde de carbone et de l'eau, et le point de rosée des  fumées humides avoisine dans ce cas les 120°C, selon la teneur en soufre.

Fioul domestique à faible teneur en soufre ( FOD à faible teneur en soufre)

Le FOD à faible teneur en soufre est également règlementé par la norme DIN 51603-1 et se distingue de la variante standard essentiellement par sa faible teneur en soufre d'un maximum de 50 mg/kg (0,005%). En raison de la faible teneur en soufre, le point de rosée des fumées est également bien plus bas à environ 60°C. Étant donné le pouvoir lubrifiant a priori inférieur, l'installation de chauffe doit être adaptée à ce combustible, mais elle permet alors d'avoir recours à la technologie de condensation.